PROJETS SPECIAUX

PROJETS SPECIAUX

Erró, les grands tableaux 2018
Galerie Ernst Hilger, stand B23

Erró compte parmi les figures importantes de l’avant-garde européenne des années 1960 et, dans l’histoire de l’art de cette période, son nom est associé non seulement au renouveau de la figuration picturale, à travers l’invention de tableaux-collages narratifs à visée critique ou satirique, mais aussi au mouvement des happenings et à la vague du cinéma expérimental. Bien que souvent rattaché à des groupes artistiques, comme le surréalisme, la Figuration narrative ou le Pop Art, il n’est réductible à aucun d’eux. Il est un électron libre de l’art contemporain.
Avec le soutien de : Reykjavík Art Museum.

Focus hongrois – Art Market Budapest – Galerie Inda + Galerie Viltin, stand E1

Art Market Budapest, la foire internationale d’art contemporain d’Europe Centrale et Orientale, propose à l’occasion d’Art Paris 2018 un focus dédié à la promotion de trois générations d’artistes femmes hongroises représentées par deux galeries majeures de Budapest, Inda et Viltin.
Artistes présentées: Marianne Csáky, Agnes Eperjesi, Ilona Lovas, Zsófia Schweger.
www.artmarketbudapest.hu

Misk Art Institute, Riyad
Un regard sur la scène émergente saoudienne, stand B17

Misk Art Institute est une organisation placée sous l’égide de la fondation Misk initiée par le Prince héritier Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud dans le cadre du plan vision 2030. Dirigé par l’artiste saoudien Ahmed Mater, l’institut a été créé afin d’encourager la production artistique en Arabie Saoudite tout en développant la diplomatie culturelle et les échanges internationaux. En inaugurant le programme local et international de l’institut et en faisant de ce dernier un centre culturel nouveau et important reliant l’Arabie Saoudite au reste du monde, la fondation vise à promouvoir le dialogue à l’intérieur du Royaume et avec les autres pays. Pour Art Paris, Misk Art Institute dévoile les œuvres de 9 artistes, représentants de la jeune scène artistique contemporaine saoudienne : Ahmed Angawi (1981), Amr Alngmah (1982), Eiman Elgibreen (1981) Halah Alfadl (1985), Lulwah AL Hamoud (1967), Rawan Almqbas (1995), Sarah Al-Abdali (1989), Sarah Shaiban, Ayman Zedani (1984).

Oscar Rabine
90 ans, toujours connecté, stand G9

La toile de vie d’Oscar Rabine a été déchirée brusquement. Depuis quarante ans, il vit en France mais l’esprit de Moscou est toujours présent dans son atelier parisien. Le mystère de son destin s’est tissé comme un patchwork fin et sophistiqué entre ces deux époques. Rabine n’est rentré en Russie qu’après la Pérestroïka. Ce retour, glorieux grâce à ses oeuvres, se traduisit par des expositions, au Musée Russe de Saint-Pétersbourg, à la Galerie Trétiakov, ainsi qu’au Musée Pouchkine de Moscou. Ses « images », comme il les appelle, ont trouvé leur place dans les meilleurs musées et collections du monde. Oscar Rabine résiste au temps, toujours original et créatif.
Avec le soutien de : Russian Day and Russian Museum

Alexia Turlin, performance "L'art c'est la vie bordel", Galerie Rosa Turetsky (Genève), Bar Nord / Bar Sud

Boire un café. Faire une pause. Qui n’a pas pris l’habitude de déchirer un sachet de sucre pour en verser le contenu dans son café ou dans son thé ? Sans séparer sa pratique d’artiste de la vie de tous les jours, Alexia Turlin met ce geste quotidien en exergue au travers d’une petite intervention. Petite par sa taille, certes, cette performance amusée contient néanmoins le potentiel d’une résonnance autrement plus importante par son pouvoir d’infiltration et d’amusement. Des milliers de sachets de sucre signés par l’artiste suisse sont en effet distribués à tous les points de restauration d’Art Paris. Ceux-ci ont la particularité d’être affublés d’une cursive ronde assénant : « L’art c’est la vie bordel ». Sucre granulé blanc ou brun confiné en sachets individuels ne se consomme ainsi pas sans réflexion. Et pour qui connaît, rend un joli hommage à Robert Filliou célèbre pour avoir aboli l’écart entre la vie et l’art par le biais de différentes manifestations, convaincu que : « L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ».
Un projet de la galerie Rosa Turetsky.

Erró, After the bullfight, 2012, Acrylic on canvas, 140x240cm, courtesy Galerie Ernst Hilger
  • Erró, After the bullfight, 2012, Acrylic on canvas, 140x240cm, courtesy Galerie Ernst Hilger
Oscar Rabine, Signal et Vache qui rit - 2002 Huile et technique mixte sur toile, 100x81cm
  • Oscar Rabine, Signal et Vache qui rit - 2002 Huile et technique mixte sur toile, 100x81cm
Alexia Turlin, L'art c'est la vie bordel, 2017 ©Annik Wetter, courtesy Galerie Rosa Turetsky
  • Alexia Turlin, L'art c'est la vie bordel, 2017 ©Annik Wetter, courtesy Galerie Rosa Turetsky
Agnes Eperjesi, Twins, 1996, H.100 x L.60cm, courtesy Inda Gallery
  • Agnes Eperjesi, Twins, 1996, H.100 x L.60cm, courtesy Inda Gallery
Lulwah Al Homoud, Al Malik, 2017, Mixed media on canvas, 230 x 230cm, courtesy Misk Art Institute
  • Lulwah Al Homoud, Al Malik, 2017, Mixed media on canvas, 230 x 230cm, courtesy Misk Art Institute