« SOLO SHOW »


« Solo Show »

https://www.artparis.com/services/artwork/img?size=640facebook&media_key=IuV9f10r

« Solo Show » : dix-sept expositions monographiques

Dix-sept expositions personnelles, disséminées dans la foire, permettent au public de découvrir ou redécouvrir en profondeur le travail d'artistes modernes, contemporains ou émergents :

La galerie Eric Linard remet en lumière la période Pop d’ Antoine de Margerie (1941- 2005) et particulièrement son glissement vers l’abstraction dans les années 1960/70. L’exploration de l’abstraction et des possibilités expressives de la peinture sont au centre de l’œuvre de l’artiste espagnole Carlos Léon, présentée par la Galeria Fernando Pradilla. Ernest Pignon Ernest rend hommage aux poètes, de Rimbaud à René Char, à travers un ensemble de dessins et de portraits chez Art to Be Gallery tandis la galerie Catherine Issert donne carte blanche à Jean Charles Blais pour réunir un choix de peintures dans un ensemble où « chaque tableau s’enchaine, produit sa suite en combinant tous les préalables ».

En lien avec la thématique sur la nature et l’environnement, Vincent Laval défend et révèle la forêt dans un travail de sculpture à la fois virtuose et poétique à la galerie Sono, tandis que Julien Colombier reconstitue chez Le Feuvre & Rozé une jungle attractive et inquiétante au sein d’une installation immersive réalisée au pastel gras. Hala Schoukair peint le motif par touches successives de manière répétitive, dans un langage organique et minéral qui évoque l’infiniment petit de la nature à la Galerie Bessières.

La scène africaine s’illustre avec un solo show dédié à l’« activiste visuelle » sud-africaine Zanele Muholi à la galerie Carole Kvasnevski qui dévoile ses peintures en couleur explorant sous ce nouveau médium les thèmes de l’identité, du genre, de la représentation de la figure noire dans l’Histoire.

Les questionnements politiques et identitaires se retrouvent dans les portraits photographiques de migrants de l’artiste yéménite Alia Ali (193 Gallery) voilée de motifs aux couleurs vibrantes, mais également dans les peintures colorées de Shagha Ariannia (SEPTIEME Gallery) qui scrutent le corps et ses désirs.

L’effervescence actuelle de la peinture figurative s’exprime dans l’univers narratif et mystérieux de l’artiste chinois Rao Fu (Galerie Vazieux) ; les natures mortes de l’artiste américain Tyler Thacker (Galerie Pact) réalisées à la peinture à l’huile en trompe-l’œil sur toile, les portraits naïfs et difformes de Tony Toscani (Stems Gallery) qui s’inspirent de l’histoire de l’art tout en traduisant la mélancolie d’une jeunesse désenchantée.

Les installations photographiques de Thomas Devaux présentées par la galerie Bacqueville invitent le spectateur à la contemplation et à une lecture spirituelle hors des temporalités de la consommation, tandis que les images manipulées d’Alina Frieske, issues du Web et de smartphone, recomposent un monde fictionnel à la galerie Fabienne Levy.

Julien Colombier, Sans titre (Blue 1 et 2), 2018

S’inscrire à la newsletter de Art Paris